– Un déjeuner à l’Élysée pour préparer le Forum Génération égalité

– Un déjeuner à l’Élysée pour préparer le Forum Génération égalité

Le 2 mars, Hadja Idrissa Bah, militante féministe guinéenne et membre du bureau d’Equipop, était reçue pour un déjeuner en petit comité à l’Elysée. Ses messages, ainsi que ceux des autres grandes figures féministes présentes, ont été entendus par le président de la République.

A quatre mois du Forum Génération Égalité, Emmanuel Macron a invité, le 2 mars, plusieurs personnalités engagées sur la thématique de l’égalité des genres. Parmi elles : Phumzile Mlambo-Ngcuka, directrice exécutive d’ONU Femmes, Ruth Maribel Montenegro, activiste équatorienne prix Simone Veil 2020 et Margot Wallström, ex-ministre des Affaires étrangères de la Suède.

Trois principaux points figuraient à l’ordre du jour : le soutien aux mouvements féministes et aux défenseures des droits des femmes dans le monde ; l’éducation des filles comme vecteur d’égalité et de développement ; les DSSR (droits et santé sexuels et reproductifs) et le droit des femmes à disposer de leur corps.

Plaidoyer pour les jeunes féministes

S’appuyant sur l’expérience de ses actions en Guinée, notamment en tant que fondatrice du club des jeunes filles leaders, Hadja Idrissa Bah, portait la voix de la jeunesse d’Afrique de l’Ouest. 

« J’ai tenu à rappeler au Président l’importance de la participation des jeunes féministes pendant l’élaboration et la mise en œuvre des politiques qui nous concernent, car nous sommes et restons les meilleures partenaires des gouvernements. » Ses propos se placent dans la continuité de son engagement pendant tout le processus du G7 2019 en France. 

En réponse, Emmanuel Macron est revenu plusieurs fois sur la nécessité de développer les réseaux de celles et ceux qui militent à travers des coalitions. Il a également rappelé sa volonté et celle de son gouvernement d’accompagner les associations féministes et de faire des jeunes filles militantes des rôles modèles.

[Vidéo] Et si nous nous levions pour faire de notre génération celle de l’égalité femmes-hommes ?

Suivi de l’engagement de 120 millions d’euros pour les mouvements féministes

Hadja Idrissa Bah a profité de cette occasion pour interpeller le président de la République sur son engagement de créer un fonds de 120 millions d’euros pour les mouvements féministes, pris l’année dernière dans le cadre du G7. « Je voulais en savoir plus quant à sa disponibilité, sa pérennité et des critères d’éligibilité pour des petites associations comme la nôtre. »

Le président de la République a confirmé que l’accès aux financements devait être facilité pour des petites associations, « et il s’est renseigné auprès de ses équipes à propos de l’avancée et de la disponibilité des 120 millions d’euros. ». Conclusion de l’échange : ces fonds seront disponibles avant le Forum Génération Égalité de juillet. Une information qui reste à suivre (voir à ce sujet la tribune publiée le 6 mars, signée par 23 organisations féministes dont Equipop).

La France, leader sur les DSSR ?

« Ma dernière recommandation était que la France se positionne comme leader sur les DSSR pendant le Forum Génération Égalité car il y a une urgence qui se pose dans le monde. » Cet enjeu semble depuis quelque temps avoir été clairement identifié par la France, qui prendra la tête de la coalition d’action DSSR. En Afrique de l’Ouest et au niveau plus global, Equipop et ses partenaires de la société civile se mobilisent pour soutenir cette dynamique et, à moyen terme, pour exiger la mise en œuvre des engagements pris par les États.

En route vers le Forum Génération Égalité
Le Forum Génération Égalité à Paris aura lieu du 7 au 10 juillet, à l’initiative d’ONU Femmes et sous la coprésidence de la France et du Mexique. Le comité d’organisation annonce 8 000 participant·e·s, dont une majorité d’activistes et de défenseures des droits des femmes dans le monde. Seront également présent·e·s une cinquantaine de chef·fe·s d’État, les organisations internationales, le secteur privé, etc. Le Forum doit permettre de définir des solutions pratiques et des actions concrètes pour accélérer la mise en œuvre des droits des femmes dans le monde.