-Au Niger : Plaidoyer de jeunes pour leurs Droits et Santé Sexuels et Reproductifs

-Au Niger : Plaidoyer de jeunes pour leurs Droits et Santé Sexuels et Reproductifs

Dans le cadre de la prise en compte des besoins des jeunes sur la question des DSSR, l’ONG nigérienne LAFIA MATASSA, en collaboration avec les organisations internationales Equipop et SOLTHIS et avec l’implication de 30 Jeunes Leaders pour le Plaidoyer (JLP), a effectué un ensemble d’activités visant à encourager et promouvoir les Droits et la Santé Sexuels Reproductifs (DSSR) des jeunes. Ces activités sont issues du projet Jeunes et Adolescents en Santé (phase 2), cofinancé par l’Agence Française de Développement et la Mairie de Paris. 

Près de trente jeunes, organisé·e·s au sein du groupe “Jeunes Leaders pour le Plaidoyer (JLP)”, ont proposé une Lettre d’interpellation sur les besoins et les requêtes des jeunes nigériens et nigériennes sur leurs DSSR. Cette lettre a été diffusée à l’occasion du 2eme tour des élections présidentielles, auprès des médias nationaux, des jeunes issus des partis politiques et, surtout, auprès des leaders candidats au pouvoir exécutif. Cette démarche a eu les résultats suivants :

  • Les décideurs politique des partis rencontrés prennent publiquement des engagements sur les DSSR 
  • Le vainqueur intègre les questions liées à l’accès aux informations et aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR) de qualité pour tou·te·s les jeunes et adolescent·e·s dans ses politiques nationales

Les Jeunes Leaders pour le Plaidoyer ont formulé les attentes suivantes : 

1- Créer et redynamiser les infirmeries (scolaires et universitaires) et les centres de santés, en renforçant les capacités du personnel de santé en approche jeunes pour une offre de services de qualité aux jeunes (les prestataires de santé reconnaissent les besoins des jeunes respectent leur vie privée, leur diversité et leur individualité) ; 

2- Accompagner l’adaptation des centres de santé existants aux besoins des jeunes (espaces réservés, horaires adaptés, personnel dédié) et en favoriser l’accès en informant largement sur l’offre disponible et y compris pour les jeunes et les adolescent.e.s ; 

3- S’assurer, avec les adolescent.e.s et les jeunes, que les lois en vigueur à l’égard de leur Santé Sexuelle et Reproductive répondent à leurs besoins et sont appliquées sur le terrain ;

4- Traduire en langues locales et médiatiser auprès de la jeunesse les lois et des décrets signés par le vainqueur et ses prédécesseurs ainsi que les programmes nationaux en faveur des DSSRAJ ;

5- Soutenir les associations des adolesencent·e·s et des jeunes en  s’inscrivant dans une posture d’écoute, de dialogue et en poursuivant une collaboration active avec les organisations de la société civile. 

Afin d’améliorer la stratégie nationale en matière de DSSR, les JLP vont mettre en œuvre, sur une période de un an et demi (18 mois), des activités de mobilisation sociale et politique. Ces actions permettront de continuer le travail amorcé lors de la présentation de la lettre ouverte et de s’assurer que le nouveau président prenne et respecte ses engagements pour les DSSR des adolesencent·e·s et des jeunes du Niger.