Autonomisation des femmes et contraception : l’Afrique de l’Ouest en action(s) à Ouagadougou

Autonomisation des femmes et contraception : l’Afrique de l’Ouest en action(s) à Ouagadougou

Le 1 mars 2018, Equilibres & Populations – avec ses partenaires d’Alliance Droits et Santé Burkina – a organisé à Ouagadougou un événement autour du thème “Autonomisation des femmes et contraception :  l’Afrique de l’Ouest en action(s) !”. Près d’une soixantaine de personnes ; organisations de la société civile ouest-africaine, décideurs et décideuses, champions et championnes de la PF, médias; étaient rassemblées pour assister au débat sur les droits et de la santé des femmes et des filles en Afrique de l’Ouest et visiter l’exposition photo présentant des initiatives sous-régionales en la matière.

Afin de clôturer les 4 jours d’atelier des membres de l’Alliance, Equipop a rassemblé des acteurs et actrices du domaine des droits et de la santé sexuels et reproductifs (DSSR) et en particulier de la planification familiale (PF) pour un débat de haut niveau. Furent ainsi réuni·e·s  la Dr Zawora Rita Zizien, alors au service de la PF à la Direction de la Santé et la Famille (DSF) du Burkina, de Mme Rasmata Compaoré, Maire de l’arrondissement n°12 de Ouagadougou, et trois champions et championnes du Bénin et du Mali. Le débat fut animé par Bachir Sow – journaliste sénégalais de renom.

Il est temps d’agir et d’investir dans la PF

Les membres du panel ont insisté sur la nécessité d’améliorer les services de PF. Pour Adam Dicko, Présidente de l’AJCAD et championne PF au Mali, la planification familiale doit être une priorité pour les Etats, et notamment la PF des jeunes car 75% de la population en Afrique de l’Ouest a moins de 35 ans : “Ces personnes doivent avoir accès aux services sociaux de base.”.
La PF peut être un pilier de développement ! Cela évite les grossesses non désirées et les avortements clandestins pour les jeunes notamment” a ajouté Lisette Goumbali Cakpo, championne PF et animatrice du jeu sans tabou au Bénin. Pour répondre aux demandes des championnes , la Dr Zizien, représentante de la DSF, a précisé que le budget alloué à la jeunesse est actuellement en augmentation afin de permettre au gouvernement du Burkina d’acheter des contraceptifs.

Il est nécessaire que tous les produits contraceptifs soient disponibles partout et à tout moment pour que les femmes puissent choisir et utiliser la méthode qui leur convient. Il faut tout faire pour améliorer l’offre de PF – a insisté Mamadou Diallo, Champion PF et Médecin-chef du centre médical inter-entreprises de l’Institut National de Prévoyance Sociale (INPS) de Kayes au Mali.

Mme Compaoré a évoqué les actions de sensibilisation menées dans sa mairie pour amener les décideurs et décideuses à être en faveur de la PF. Pour la Maire, “On voit les conséquences de l’absence d’accès à la planification familiale dans nos arrondissements – la PF permet d’être en bonne santé, et c’est indispensable pour le développement”.

Pour la représentante de la DSF, la PF mobilise la société civile et cela oblige les responsables à parler de planification familiale sans tabous, parce que les besoins sont là. “Au Burkina Faso, la délégation des tâches permet d’aller au plus près des besoins de Planification Familiale, grâce aux agent·e·s de santé communautaires” a-t-elle ajouté. La mobilisation sociale en faveur des droits des femmes est indispensable pour un changement de comportements durable et l’accès à la PF pour tous et toutes.

Des initiatives de la sous-région pour la santé de la reproduction en photos

Pour conclure cet événement, Equilibres & Populations, avec les autres membres de l’Alliance, a emmené ses invité·e·s dans 6 pays d’Afrique de l’Ouest à la découverte de 28 initiatives pour la défense et la promotion des droits et de la santé sexuels et reproductifs. Cette exposition photo présente les projets en cours dans la sous-région. Prochaine destination pour cette exposition : Paris, à l’occasion du 8 mars, à l’Agence Française de développement pour un débat avec 3 championnes du Burkina Faso, du Mali et du Niger .

Un mouvement est en marche pour créer un environnement plus favorable à la PF et aux droits et à la santé sexuels et reproductifs.