– CICID 2018 : les priorités de développement fixées pour 4 ans

– CICID 2018 : les priorités de développement fixées pour 4 ans

Le premier CICID du quinquennat s’est réuni le 8 février dernier sous la présidence du Premier ministre, Edouard Philippe. Il a fixé une stratégie qui met en avant les principales thématiques portées par Equipop. Cependant, la trajectoire budgétaire pour mettre en oeuvre ces priorités demeure floue, et la société civile française reste mobilisée sur la question.  

 

Le premier comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) du quinquennat s’est réuni le 8 février 2018. Placé sous la présidence du Premier ministre, il a pour mission de fixer les grandes orientations de la politique française de coopération internationale et de développement. Le CICID a donné lieu à un document écrit sous forme de relevé de conclusions. Le plaidoyer d’Equipop – comme celui de l’ensemble des parties prenantes françaises au développement – devra s’appuyer sur ce document. Nous étudions dans cet article ses principaux éléments.

 

Un gros effort budgétaire à fournir

A l’inverse d’autres pays européens tels que le Royaume-Uni ou l’Allemagne, la France peine à respecter l’engagement, pris il y a près de 50 ans, de consacrer 0,7% de son Revenu National Brut (RNB) à l’aide publique au développement (APD). Le Président de la République, Emmanuel Macron, s’était engagé dès le début de son mandat à atteindre 0,55% d’ici à 2022.

Depuis, la société civile attendait avec impatience qu’une trajectoire vers ces 0,55% soit fixée. Elle l’a été dans le cadre du CICID, mais, pourrait-on dire, “du bout des lèvres” tel que le formule Coordination SUD, et elle ne se concrétisera réellement qu’à partir de 2020.

 

Genre, santé, éducation : trois priorités

Par ailleurs, les organisations de la société civile s’inquiètent du rapprochement entre les questions de migrations irrégulières et de l’aide au développement, la vocation unique de l’aide au développement devant demeurer la lutte contre l’extrême pauvreté. En revanche, il y a de réels motifs de satisfaction : en ce qui concerne les domaines d’action d’Equilibres & Populations, la santé, l’égalité de genre et l’éducation constituent trois des cinq priorités fixées par le gouvernement. De façon générale, ces orientations ne sont pas surprenantes, étant donné qu’elles sont en conformité avec les prises de parole récentes du Président de la République. Le travail de plaidoyer de la société civile de ces dernières semaines à largement contribué à ce qu’elles soient inscrites dans le document final, tout particulièrement en ce qui concerne la santé. Du point de vue d’Equipop, dont le travail se trouve à l’intersection de ces trois domaines, elles créent une vraie cohérence pour structurer la politique de développement française.

Si la stratégie 2016-2020 sur les enjeux de population, de droits et santé sexuels et reproductifs (DSSR) mentionnée dans le relevé de conclusion du CICID de 2016 n’est pas rappelée dans sa version la plus récente, les questions liées aux DSSR s’y retrouvent. D’abord, directement, à travers des références comme celle ci : “[La France] accompagnera les pays dans leur transition démographique en mettant l’accent sur les interventions dans les domaines de la santé sexuelle et reproductive, de l’éducation en particulier des filles, et de la production de connaissances sur les déterminants sociaux de la fécondité”, ou encore avec la confirmation du financement de 10 millions d’euros en faveur du Fonds français Muskoka. Ensuite, indirectement, car le relevé de conclusions du CICID entérine la mise en oeuvre de deux stratégies fondamentales pour la garantie des DSSR : la stratégie internationale pour l’égalité entre les femmes et les hommes pour 2018-2022 et la stratégie de la France en santé mondiale pour 2017-2021.

 

La jeunesse africaine, motrice du changement

Enfin, le gouvernement met en avant, dans le préambule du document, l’importance de la mobilisation de la jeunesse, en France comme en Afrique, et annonce le renforcement de son effort en faveur du développement de l’engagement citoyen. Convaincue du rôle essentiel joué par la jeunesse dans la mobilisation sociale et politique et en faisant la promotion dans ses méthodes d’actions, comme dans le cadre de la campagne “Génération PF, Equipop salue cette nouvelle orientation stratégique prise par le gouvernement et oeuvrera à ce qu’elle prenne des formes concrètes.

 

 

 

 

Photographie : Le président français Emmanuel Macron, le président sénégalais Macky Sall et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian visitent une salle de classe lors de l’inauguration du collège de Bel-Air à Dakar, le 2 février 2018. / Abaca Press/Sipa USA via AP, via La Croix.