Non classé

– Assemblée générale des Nations unies : Emmanuel Macron doit porter la diplomatie féministe avec conviction

Un mois après le G7, Emmanuel Macron se rend à l’assemblée générale des Nations unies à New York. C’est un moment-clé pour progresser vers l’égalité femmes-hommes, et la France doit user de tout son pouvoir d’influence pour intensifier la mobilisation internationale. Le président doit se positionner de façon franche pour enfin incarner la « diplomatie féministe » affichée par son gouvernement depuis un an et demi.

Cette tribune est parue dans Huffpost le 23/09LIRE LA SUITE

– CP – G7 Développement et Éducation : L’approche féministe, clé de la réussite du G7 !

Les ministres du développement et de l’éducation du G7 se réunissent les 4 et 5 juillet à Paris, en présence d’États du G5 Sahel. Plusieurs enjeux clés sont au cœur de ces réunions ministérielles : le Sahel, le financement du développement, l’accès à un emploi décent ou encore l’éducation des filles. Les droits des femmes et des filles doivent être pleinement intégrés à l’agenda et le Women 7 appelle l’ensemble des pays du G7 à faire preuve d’ambition en la matière. LIRE LA SUITE

– CP – 18 JUIN – EQUIPOP SERA AU FESTIVAL SOLIDAYS, LES 22, 23 ET 24 JUIN 2018

 

 

Communiqué de presse

Paris, le 18 juin 2018

 

Equilibres & Populations tiendra un stand à  Solidays,
les 22, 23 et 24 juin 2018

 

Du 22 au 24 juin, Equipop sera présente dans le Village Solidarité de Solidays* et profitera de cette tribune pour sensibiliser les festivalier·e·s aux droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, en Afrique de l’Ouest et dans le monde.

LIRE LA SUITE

– Autonomisation des femmes et contraception en Afrique de l’Ouest – Témoignages de femmes engagées

A l’occasion du 8 mars,  journée internationale pour les droits des femmes, Equilibres & Populations et l’Agence Française de Développement organisaient une rencontre sur le thème “Autonomisation des femmes et contraception : l’Afrique de l’Ouest en action(s) !”. Découvrez en vidéo l’événement et nos trois invitées : une jeune activiste malienne, une chanteuse nigérienne et une gynécologue burkinabè.

LIRE LA SUITE

– Genre et diplomatie française : de nouveaux moyens pour de nouvelles ambitions ?

Le 8 mars, le Ministère des Affaires étrangères a dévoilé sa troisième stratégie “genre”. Elle prolonge avec force l’action des deux stratégies précédentes, même si la question des moyens financiers reste d’actualité. Quatre jours plus tard, le discours prononcé par Marlène Schiappa à l’ONU a clairement démontré l’engagement politique de la France en faveur de la promotion de l’égalité femmes-hommes. Retour sur cette semaine charnière.LIRE LA SUITE

– Un an après le Global Gag Rule, la France doit agir contre le bâillonnement des droits et de la santé des femmes

Il y a un an jour pour jour, Donald Trump signait la « Règle du bâillon mondial », ou Global Gag Rule conditionnant ainsi l’accès à la totalité de l’aide au développement américaine consacrée à la santé : toute organisation étrangère qui souhaiterait bénéficier d’un financement de l’aide fédérale américaine doit attester qu’elle ne fournit aucun service ou ne mène aucune activité de conseil ou de plaidoyer visant à favoriser l’accès à l’avortement médicalisé et sécurisé, y compris sur des financements non américains.

LIRE LA SUITE

– La polyvalence d’Equipop : son expertise en matière de planification familiale au service d’un projet en Côte d’Ivoire

L’Association Internationale des Maires Francophone (AIMF) et la Ville de Paris ont décidé de s’engager sur les questions de planification familiales en Afrique de l’Ouest. Le projet permet d’accentuer la participation des collectivités territoriales sur les questions de santé de la reproduction des adolescent·e·s et des jeunes.LIRE LA SUITE

– CP – 20 septembre : Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ?

Communiqué de presse

Paris, le 20 septembre 2017

Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ?

Garantir le droit des femmes à disposer de leur corps, la France doit tenir ses engagements

Chaque année 303 000 femmes décèdent des suites d’un avortement à risque ou d’un accouchement mal accompagné. Cette situation requiert des financements en matière d’information et d’accès à la contraception et à l’avortement. L’aide publique au développement de la France peut, et doit, y contribuer.

LIRE LA SUITE