G7 en France

Logo du G7 en France

Après la dynamique impulsée lors du G7 canadien en 2018, la présidence française du G7 représente une occasion de promouvoir des mesures concrètes pour l’égalité femmes-hommes.

Equipop, en collaboration avec CARE France, coordonne la campagne W7 (Women 7), qui vise à faire des droits des femmes un sujet incontournable pour les chef·fe·s d’Etats et de gouvernement à Biarritz en 2019.

Cette mobilisation s’inscrit dans une stratégie de plaidoyer plus large dont le but est :

    • d’intégrer l’égalité femmes-hommes dans l’ensemble des processus institutionnels nationaux et internationaux,
    • d’assurer l’inclusion de la société civile dans toutes les initiatives globales en matière de genre.

Une volonté : poursuivre la dynamique de Charlevoix

En 2018, le Canada avait fait de l’égalité des sexes une thématique transversale des discussions du G7. Un Conseil consultatif pour l’égalité entre les femmes et les hommes avait donc été créé, avec pour mandat de s’assurer que l’égalité des sexes et l’analyse comparative entre les sexes soient intégrées dans l’ensemble des thèmes, des activités et des résultats de la présidence canadienne du G7.

Le conseil consultatif pour l’égalité entre les femmes et les hommes

Emmanuel Macron a renouvelé en 2019 cet organe consultatif dont la liste des membres a été annoncée lors de la première réunion du conseil le 19 février. Le mandat du conseil consultatif est de proposer un bouquet législatif des lois les plus avancées pour l’égalité entre les femmes et les hommes : le partenariat de Biarritz. Une réunion ministérielle, réunissant les ministres des droits des femmes des États du G7, se tiendra le 10 mai 2019.

“Je peux vous déclarer que l’égalité hommes-femmes du G7 à Charlevoix est ressortie comme […] la grande discussion gagnante (…). Le Premier Ministre [canadien, Justin Trudeau] à la sortie du G7 a fait l’annonce d’un fonds historique pour l’éducation des jeunes filles et des femmes en milieu de guerre et de crise, un fonds de 4 milliards de dollars canadiens, donc de 2,5 milliards d’euros”.

Isabelle Hudon, Ambassadrice du Canada en France et co-présidente du Conseil consultatif sur l’égalité des sexes en 2018

Des engagements clairs de la part de la France

En diverses occasions, la France a fait part de ses priorités affichées pour la présidence du G7 2019. Le discours d’Emmanuel Macron devant la 73² Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre 2018 insiste notamment sur trois points :

    • La lutte contre les inégalités ;
    • L’élargissement du cadre du G7 : la France s’engage à rendre des comptes aux Nations Unies et souhaite s’ouvrir à l’Afrique ;  
    • Les droits des femmes : la présidence française tient à perpétuer la dynamique initiée au Canada en 2018.

Dans ce discours, Emmanuel Macron a clairement affiché l’ambition de la France : “J’ai fait en France de l’égalité femmes-hommes la grande cause de mon quinquennat et je lance ici un appel pour en faire avec vous une grande cause mondiale.”

Le rôle principal de la société civile en 2019 sera de faire en sorte que ces engagements soient respectés, non seulement dans la préparation du G7, mais aussi dans l’application des mesures prises par la suite.

Les moments-clés du G7 en France

Les dates des rencontres ministérielles


  • 5 et 6 avril : ministérielle affaires étrangères et intérieur.
  • 5 mai : ministérielle environnement.
  • 10 mai : ministérielle égalité femmes-hommes.
  • 16 et 17 mai : ministérielle santé
  • 6 et 7 juin : ministérielle social
  • 7 juin : ministérielle emploi.
  • 4 et 5 juillet : ministérielle éducation et développement
  • 17 et 18 juillet : ministérielle finances

La société civile se mobilise lors du G7 pour les droits des femmes

Chaque année en prévision du G7, la société civile se mobilise en groupes d’engagement afin de structurer ses revendications et participer aux discussions préalables à la rédaction du contenu du sommet du G7. Le groupe d’engagement W7 rassemble des organisations de la société civile. Cette année, le W7 est co-animé par Equipop et CARE France, et regroupe une centaine d’associations françaises et d’associations sous l’égide du Gender Working Group de la Global Task Force, coalition informelle d’organisations de la société civile des pays du G7. L’ambition est de faire grossir le nombre d’associations impliquées dans le W7 les années précédentes. Compte tenu du projet d’ouverture du G7 à d’autres pays africains, et du focus annoncé sur la région du Sahel, ce W7 sera l’occasion d’inviter des représentant·e·s de la société civile féministe d’Afrique de l’Ouest. Le W7 œuvrera à ce que le G7 adopte un positionnement véritablement féministe, c’est-à-dire que l’égalité femmes-hommes soit intégrée à tous les travaux thématiques des réunions ministérielles et du Sommet de Biarritz.

Une campagne d’influence

Une campagne d’influence des processus institutionnels et de sensibilisation du grand public sera menée sur plusieurs mois, afin que les dirigeant·e·s du G7 prennent des mesures politiques et financières concrètes pour placer l’égalité femmes-hommes au cœur de leurs politiques intérieure, extérieure et de développement.

Le sommet Women 7

Le point culminant de cette mobilisation sera le sommet du Women 7, les 9 et 10 mai, qui réunira à Paris des féministes du monde entier. A cette occasion, les mouvements féministes présenteront des recommandations directement aux ministres des droits des femmes des pays du G7 en amont de la réunion ministérielle qui aura lieu le 10 mai 2019.

Principes directeurs


La campagne W7 se base sur trois principes directeurs qui infusent sa stratégie globale :


  1. Inclusivité et représentativité : en lançant un appel de manière large à l’ensemble des acteurs et actrices de la société civile, cette campagne se veut inclusive et représentative de la diversité des enjeux liés aux droits des femmes.
  2. Ouverture aux pays en développement : la campagne se fixe pour objectif d’inclure dans sa démarche les organisations ou les personnalités féministes des pays en développement, et en particulier d’Afrique de l’Ouest.
  3. Participation des jeunes : si toutes les voix défendant les droits des femmes sont les bienvenues pour alimenter la campagne, une attention particulière est apportée afin que les voix de la jeunesse soient entendues.

Vous souhaitez rejoindre la mobilisation et vous engager pour un G7 féministe ?

Envoyez une manifestation d’intérêt à :

Nicolas RAINAUD – Equipop : nicolas.rainaud@equipop.org

Merci de bien vouloir vous présenter succinctement ainsi que votre organisation le cas échéant, et de préciser comment vous souhaitez participer à cette mobilisation.