Santé

– CP – 8 décembre – Journée des droits humains : L’occasion pour la France de prendre acte d’une large mobilisation et d’investir pour les droits sexuels et reproductifs

coco de presse

Communiqué de presse

Paris, le 8 décembre

Journée des droits humains : L’occasion pour la France de prendre acte d’une large mobilisation et d’investir pour les droits sexuels et reproductifs

A la veille de la journée internationale des droits humains, 250 organisations de la société civile rendent public leur soutien à l’Appel « Pour faire avancer l’égalité femmes-hommes, la France doit investir dans les droits sexuels et reproductifs », lancé le 20 septembre dernier à l’issue d’un colloque de haut niveau “Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ?”  organisé par le Comité ONU Femmes France, Equilibres & Populations, la Fondation des Femmes, le Fonds pour les Femmes en Méditerranée, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes et Women’s WorldWide Web. Parmi les signataires, l’on retrouve des organisations de terrain, des organisations nationales ou internationales telles que le Mouvement Français pour le Planning Familial ou Médecins du Monde, mais aussi des associations européennes, ouest-africaines, et mondiales telles que IPPF ou Marie Stopes International.LIRE LA SUITE

– Pour les droits et la santé sexuels et reproductifs : des financements, maintenant !

La journée mondiale de la contraception, le 26 septembre, est l’occasion de revenir sur le colloque co-organisé par Equipop et six partenaires mercredi dernier au CESE : “Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ? Garantir le droit des femmes à disposer de leur corps : la France doit tenir ses engagements”. Les interventions ont toutes convergé vers l’idée que la France doit faire plus et mieux dans le domaine. Un appel a été lancé : vous pouvez soutenir l’initiative ici.LIRE LA SUITE

– “Où est l’argent pour les DSSR ?” : signez l’appel !

Il y a deux semaines, le président Macron s’est engagé à faire de la défense des droits des femmes, et en particulier les droits et la santé sexuels et reproductifs (DSSR), une priorité pour la France. Pour que ces déclarations soient suivies d’effets, Equipop, en partenariat avec cinq institutions et associations, lance un appel. A signer et à partager le plus largement possible !

LIRE LA SUITE

– Construire des alliances stratégiques en Cote d’Ivoire

Dans le cadre d’un projet visant à renforcer le rôle de la société civile ivoirienne pour la promotion des droits et de la santé sexuels et reproductifs (DSSR) dans le pays, 6 organisations de la société civile (OSC) sont mobilisées, avec le soutien d’Equipop, pour influencer les politiques nationales et locales en faveur de la planification familiale (PF). Les premières activités vont bon train, avec le concours d’allié·e·s de choix.LIRE LA SUITE

– Equipop recommandée pour le statut ECOSOC !

Début février, le comité des ONG des Nations unies a donné un avis favorable pour l’attribution du statut ECOSOC à Equilibres & Populations. Pour notre ONG, c’est une nouvelle étape franchie, qui permettra de porter notre plaidoyer de manière plus systématique dans les discussions internationales, à un moment où de plus en plus de voix conservatrices se font entendre.

LIRE LA SUITE

– Change Plus : la formation des Médiateurs pour l’abandon de l’excision se poursuit

Dans le cadre du projet européen Change Plus, financé par la Commission Européenne, les Médiateurs de changement d’Equipop ont pu assister aux 3ème et 4ème journées de formation. La phase de formation a pour objectif de transmettre aux Médiateurs des connaissances et compétences en vue de les mettre dans de bonnes conditions pour la phase de sensibilisation : les Mutilations Sexuelles Féminines (MSF), genre, législation, Droits et Santé Sexuels et Reproductifs (DSSR), communication, dimensions religieuses et culturelles.LIRE LA SUITE

– Célébration de l’abandon des mutilations sexuelles féminines et du mariage précoce à Kayes – Mali

Plus de 800 malien-ne-s étaient réuni-e-s samedi 3 décembre au village de Sabouciré N’di dans la région malienne de Kayes pour célébrer l’abandon par 41 villages des mutilations sexuelles féminines et du mariage précoce. Les photographies et vidéos de la cérémonie, réalisées par deux professionnels présents pour l’occasion, seront bientôt rassemblées dans un web-documentaire.LIRE LA SUITE