Equipop Labs : outiller les intelligences collectives

Equipop Labs : outiller les intelligences collectives

Convaincue du potentiel transformatif que représente l’action collective et multidisciplinaire, depuis 2017, Equipop a choisi d’étendre son offre d’accompagnement des acteur·rice·s de changement à travers une nouvelle méthodologie d’appui à la construction de projet, déployée au sein de son Fonds Innovation : les Equipop Labs.

Les Equipop Labs, c’est quoi ?

Conçus en partenariat avec des spécialistes de la méthodologie du Design Thinking, les Equipop Labs sont des espaces d’incubation de projet, développés dans le but de permettre à des organisations de la société civile (OSC), des institutions ou tout autre acteur·rice agissant en faveur du respect, de la protection et de la mise en œuvre des Droits et de la Santé Sexuels et Reproductifs (DSSR), de prendre le temps de réfléchir et de créer des actions collectives. 

Le déploiement des Equipop Labs se fait en trois grandes étapes résumées dans le schéma ci-dessous : 

1. La préparation de l’incubation  : développer une compréhension fine et partagée du contexte et des forces en présence Conduite par Equipop en collaboration avec ses partenaires, cette analyse de contexte permet de faire le point sur les enjeux dans chaque territoire, d’identifier les manques à combler, les synergies à construire ainsi que les parties prenantes dont le savoir-faire et le positionnement seront utiles pour la création de projet.

2. La phase d’incubation : outiller les intelligences collectives A travers la méthodologie du Design Thinking, il s’agit de réunir diverses expertises durant un atelier d’une semaine, en moyenne, pour créer des actions communes. Pour ce faire, la phase d’incubation s’articule autour : 1 – de l’identification collective d’un enjeu central sur lequel il sera clé d’agir, 2 – de la réflexion sur comment adresser cet enjeu à travers le projet incubé, 3 – du prototypage de la solution retenue, de son test et de son affinage afin de l’améliorer. 

3. Ecriture 

Enfin, une fois la phase d’atelier d’incubation terminée, les structures en charge du futur projet s’attèlent à en finaliser l’écriture sur la base des échanges de l’atelier.

Une approche permettant de revisiter la notion de partenariat

Le financement des projets incubés est assuré par le Fonds Innovation. Le dispositif mis en place par Equipop a ainsi vocation à détacher la phase de conception de projet – qui nécessite temps et concertation – de la phase de recherche de financements. Lorsque ces deux phases sont associées, elles peuvent avoir tendance à freiner la création de diagnostic partagé et de réflexion collective, éléments pourtant clés pour « penser l’innovation ».

Ainsi, organiser les Equipop Labs, c’est mettre en place les conditions de réunion d’une pluralité d’acteur·rice·s et différents types d’expertises dès la phase de conception de projet. Partenaires du gouvernement, société civile, parlementaires, jeunes, expert·e·s du système des Nations unies, enseignant·e·s, chercheur·euse·s, journalistes sont invité·e·s à mettre en commun leur connaissance approfondie d’un territoire et des besoins de publics cibles sur lesquels il est clé d’agir. Cette mise en commun facilite l’émergence collective de solutions transformatives. Elle permet de faire le bilan des initiatives existantes, d’évaluer ce qui fonctionne bien ou moins bien et d’organiser un projet dans un cadre facilitant. Cette mobilisation dès l’étape de conception a l’avantage d’ancrer le projet dans un territoire, de créer de nouvelles dynamiques partenariales et de garantir une meilleure appropriation du futur projet par les différentes parties prenantes qui auront un rôle à jouer dans sa mise en œuvre.

Une approche transversale

Après deux années de déploiement, la transversalité de la méthodologie se confirme à travers la richesse des projets incubés et un champ d’application assez large des Equipop Labs. Les projets incubés dans la plupart des pays mêlent activités d’appui au développement du leadership des jeunes, mobilisation citoyenne à travers des alliances avec le secteur artistique et les médias et actions ciblées de plaidoyer.

Ces actions ont vocation à renforcer et assurer le respect et la mise en œuvre des engagements nationaux en faveur des DSSR des adolescent·e·s et des jeunes. Quant au champ d’application, les Equipop Labs ont été, jusque-là, appliqués dans différents contextes, des plus simples aux plus complexes, et sur des actions/projets aussi bien de mobilisation sociale, politique que communautaire notamment. Une quinzaine d’Equipop Labs ont été conduits pour des projets portés aussi bien par des groupes de jeunes, des consortiums d’associations que des institutionnels comme des agences onusiennes.