G7 à Biarritz : Emmanuel Macron propose un sommet « inclusif » sans la société civile

G7 à Biarritz : Emmanuel Macron propose un sommet « inclusif » sans la société civile

Du 24 au 26 août 2019, la France accueille à Biarritz le sommet du G7. À ce jour, le gouvernement n’est prêt à accorder qu’une dizaine d’accréditations aux ONG, soit la plus faible représentation des organisations de la société civile depuis 2005. Les conditions d’accès de la société civile à la presse pendant le sommet restent floues. Ces restrictions rompent avec une longue tradition d’ouverture à la présence de la société civile lors des sommets du G7.

La France a placé le G7 2019 sous le signe de la lutte contre les inégalités, thème au cœur de l’action des ONG. Les engagements pris par les leaders du G7 seront scrutés par les ONG et elles veilleront à leur mise en œuvre effective tant dans les pays du G7 qu’au-delà. Les 7 pays sont loin d’être exemplaires en matière de lutte contre le dérèglement climatique, de préservation de la biodiversité, d’éducation et d’égalité femmes-hommes.

Sur toutes ces questions, les ONG nationales et internationales, notamment membres des groupes d’engagement C7 (Civil Society 7) et W7 (Women 7), ont développé des recommandations qu’elles ont portées tout au long du G7 et lors de chaque réunion ministérielle. C’est pourquoi, elles revendiquent une place pleine et entière au sommet de Biarritz, afin que les solutions contre les inégalités mondiales et le dérèglement climatique ne soient pas décidées en vase clos mais réellement discutées avec les représentants et représentantes de la société civile. À ce jour, la proposition de participation au sommet du G7 faite par le gouvernement n’est pas acceptable.

Pour Philippe Jahshan, président de Coordination Sud : « Si la France a communiqué à plusieurs reprises sur son souhait d’associer tous les acteurs et actrices de la société aux discussions, le sommet de Biarritz ne reflète pas cette intention et suscite l’incompréhension des ONG. La société civile dans son ensemble et dans toute sa diversité doit être représentée au sommet. Il ne nous a été proposé que 10 accréditations. Est-ce sérieux ? interroge Philippe Jahshan. « Nous attendons beaucoup plus. Cette représentation serait la plus faible historiquement depuis que les organisations de la société civiles sont investies dans le G7 et constituerait un précédent dangereux. »

Les ONG demandent également que les textes négociés pendant les trois jours du sommet soient portés à leur connaissance en temps réel et qu’elles puissent être en contact direct avec l’ensemble des journalistes qui suivent à Biarritz le sommet, afin de faire part de leurs analyses et réactions. Ceci inclut un accès au centre des médias internationaux, pour l’instant interdit, contrairement aux éditions précédentes.

Ce droit d’expression fait partie intégrante des missions des ONG. L’empêcher de pouvoir dialoguer librement avec la presse conduirait tout bonnement à un musellement de la société civile, sans précédent. C’est aussi une demande légitime dans un G7 qui se veut au format « renouvelé et inclusif ».

Cette année, l’Élysée a proposé à trois reprises de rencontrer les ONG et trois fois le Président a annulé sa venue au dernier moment. Ces revirements interrogent quant à la volonté réelle du président d’échanger avec la société civile et de nourrir les propositions de la France des contributions des ONG. Le 23 août, veille du sommet, une rencontre est prévue entre les ONG et Emmanuel Macron. Pour nous, elle doit s’inscrire dans l’ouverture à la pleine présence des ONG à Biarritz.

Il est encore possible pour la présidence française de montrer qu’elle souhaite réellement associer la société civile au G7. Pour cela, une représentation des ONG en plus grand nombre au sommet ainsi qu’un accès non contraint à la presse sont nécessaires. Dans le cas contraire, l’ouverture du G7 à la société civile ne serait qu’une parodie et les ONG questionneront la pertinence de leur participation.

Contact presse

Pour le C7 : Olivier Jablonski-Sidéris, Chargé de communication, Coordination SUD jablonski@coordinationsud.org | 01 44 72 87 15 / 07 76 78 15 19

Pour le Women 7 : Camille Nozières, Chargée de relations presse, CARE France nozieres@carefrance.org | 07 86 00 42 75

Note aux rédactions :

Le G7 est un groupe de discussion et de partenariat économique réunissant les sept plus grandes puissances mondiales. Il comprend les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Japon, l’Italie, le Canada et la France qui en assument chaque année dans cet ordre la présidence. En 2018, le G7 s’est réuni au Canada et il se tiendra en France du 25 au 27 août 2019 à Biarritz.

Le C7 (Civil Society 7) est un groupe d’engagement du G7 créé en 2000 lors du Sommet du G7 d’Okinawa au Japon. Il a pour objectif de porter les recommandations des acteurs non étatiques dans le cadre des processus de négociation du G7. Le C7 rassemble quelques 170 organisations de la société civile et associations des pays membres du G7. Sous la présidence française du G7 en 2019, le C7 est coordonné par Coordination SUD. Suivre l’actualité du C7 : coordinationsud.org

Le W7 (Women 7) rassemble des organisations féministes des pays du G7 et du monde entier. Sa mission principale est de s’assurer que les pays du G7 prennent des engagements tant financiers que politiques en 2019 et au-delà, qui permettront d’avoir un impact concret et durable sur la vie des femmes et des filles partout dans le monde. Pour en savoir plus : feministscount.org