– CHANGE Plus : les diasporas africaines engagées contre les mutilations sexuelles féminines

– CHANGE Plus : les diasporas africaines engagées contre les mutilations sexuelles féminines

Depuis janvier 2016, Equilibres & Populations est partenaire du projet européen CHANGE Plus. Ce projet, financé par l’Union Européenne et coordonné par l’ONG allemande Terre des Femmes, vise à promouvoir l’abandon des mutilations sexuelles féminines (MSF) auprès des communautés vivant en Europe et originaires des pays où elles se pratiquent.

Une mobilisation à l’échelle européenne

En Europe, chaque année, 180 000 filles et femmes risquent de subir une mutilation sexuelle féminine (UNHCR, 2014). Ce sont principalement des filles et femmes originaires des pays où les MSF se pratiquent. C’est pourquoi, 7 ONG européennes (APF, AIDOS, FSAN, End FGM European network, Equipop, Plan Germany et Terre des Femmes) unissent leurs forces pour mobiliser les diasporas africaines dans 6 pays européens (Allemagne, Italie, France, Portugal, Belgique et Pays-Bas) sur la promotion de l’abandon des mutilations sexuelles féminines. Dans chaque pays, des agents de changement seront identifié-e-s et formé-e-s pour sensibiliser leur-e-s pair-e-s. Equipop est en charge de la mise en œuvre des activités en France : identification et formation de 6 agents de changement et supervision des activités de sensibilisation. Le projet cible les populations vivant en Europe mais il contribuera aussi à l’abandon de la pratique en Afrique grâce à la forte influence des diasporas dans leurs pays d’origine.

L’engagement des agents de changement

La sensibilisation des communautés originaires des pays où se pratiquent les MSF, se fera grâce au travail d’agents de changement. Ces agents de changement sont des personnes influentes et issues des communautés que le projet a pour but d’atteindre. Comme l’explique la chargée de projet, Aurélie Desrumaux, « afin que l’abandon de l’excision soit durable, il est important que les populations migrantes y soient associées ». En effet, les MSF ne connaissent pas de frontière et sont pratiquées sur des filles et femmes vivant en Europe. Il est primordial d’impliquer les diasporas pour que la décision d’abandonner la pratique soit intrinsèque aux communautés. Le rôle des agents de changement est de faire prendre conscience aux communautés que les mutilations sexuelles féminines sont une atteinte aux droits humains et qu’elles ont des conséquences néfastes sur la santé physique et psychique des femmes. En France, suite au travail d’identification d’Equipop, 4 femmes et 2 hommes, originaires de 4 pays africains (Mali, Sénégal, Mauritanie, Guinée), se sont engagé-e-s comme agent de changement.

Une formation à la clé

Pour leur permettre d’avoir les stratégies et outils nécessaires à la sensibilisation de leurs pair-e-s, Equipop formera les agents de changement. Equipop s’appuiera sur un manuel de formation spécifique contenant 12 modules sur les thématiques relatives aux MSF (droits des femmes, législation, santé et droits sexuels et de la reproduction, culture et traditions, religion, protection des jeunes filles à risque) et sur les techniques de communication interpersonnelle. A l’issu de cette formation, les agents de changement seront prêt-e-s à informer, sensibiliser et mobiliser leurs communautés sur les MSF.

Une équipe motivée : de riches activités de sensibilisation en perspective !

Mercredi 27 juillet 2016, les agents de changement se sont réuni-e-s dans les locaux d’Equipop pour la première réunion du projet CHANGE Plus. La réunion a été l’occasion de faire connaissance et de présenter plus en détail le projet et leurs rôles aux agents de changement. En France, notre équipe d’agent de changement est motivée et prête à s’impliquer pour l’abandon des MSF. Et, comme l’a dit l’une des agents de changement : « la pratique des mutilations sexuelles doit s’arrêter et nous allons tout mettre en œuvre pour ! ». De riches activités de sensibilisation en perspective !

Pour découvrir le manuel de formation cliquez ici !