Droits humains

G7 – Women’s rights: France has not met all expectations

This G7 was the opportunity for the French President Emmanuel Macron to translate his commitment to make gender equality a great global cause into action. Multiple financial commitments were taken, but the Women 7 (W7) feminist associations believe that French Presidency has not met all expectations. France failed to embody a feminist diplomacy within this G7 and several key gender equality issues did not make it into the G7 leaders’ agenda.
LIRE LA SUITE

G7 – Droits des femmes : la France n’a pas totalement rempli le contrat

Ce G7 était l’occasion pour le président Macron de traduire en actes son annonce de faire de l’égalité femmes-hommes une grande cause mondiale. Plusieurs engagements financiers ont été actés mais les associations féministes du Women 7 (W7) considèrent que le contrat n’est pas totalement rempli. La diplomatie féministe voulue par la France peine à s’incarner dans ce G7 et plusieurs sujets clés sur la question ont été absents des discussions.
LIRE LA SUITE

G7 à Biarritz : Emmanuel Macron propose un sommet « inclusif » sans la société civile

Du 24 au 26 août 2019, la France accueille à Biarritz le sommet du G7. À ce jour, le gouvernement n’est prêt à accorder qu’une dizaine d’accréditations aux ONG, soit la plus faible représentation des organisations de la société civile depuis 2005. Les conditions d’accès de la société civile à la presse pendant le sommet restent floues. Ces restrictions rompent avec une longue tradition d’ouverture à la présence de la société civile lors des sommets du G7.LIRE LA SUITE

– G7 : les associations féministes du Women 7 affichent en grand leurs revendications

Dernière ligne droite avant le Sommet du G7 qui s’ouvrira le 24 août à Biarritz.  La France a annoncé vouloir faire de ce G7 celui de la lutte contre les inégalités, en affichant un axe fort sur les inégalités femmes-hommes. Mais pour les associations féministes du Women 7, à J-16, le compte n’y est pas : les chef·fe·s d’Etats doivent prendre des engagements politiques et financiers plus ambitieux pour les droits des femmes. Afin d’interpeller les décideur·euse·s avant ce rendez-vous stratégique, le W7 lance une grande campagne d’affichage à Paris et à Biarritz pour exiger un G7 réellement féministe. LIRE LA SUITE

– Projet “Protéger les prochaines générations” : Voyage des parlementaires burkinabè pour l’adoption d’une loi sur les violences basées sur le genre au Mali

Les 25 et 26 juin derniers, une délégation de parlementaires burkinabè s’est rendue à Bamako, au Mali, pour partager leur expérience législative en matière de lutte contre les mutilations sexuelles féminines (MSF) avec les députés malien·ne·s qui sont dans le processus d’adoption de la loi sur les violences basées sur le genreLIRE LA SUITE

– G7 Finance Ministerial Meeting: reaction of Women 7 feminist organisations

A missed opportunity to take ambitious financial actions on women’s and girls’ rights

The G7 countries finance ministers as well as several multilateral financial institutions governors met on 17 and 18 July in Chantilly. It was the last ministerial meeting before the Biarritz Summit, and a key opportunity to announce ambitious funding for women’s and girls’ rights. Today, it does not add up and one question remains: where is the funding for feminist public policies? Without significant increases in budgets for women’s and girls’ rights at national and international levels, the feminist position defended by ministers Jean-Yves Le Drian and Marlène Schiappa will remain a hollow promise.LIRE LA SUITE

– Ministérielle Finances du G7 : réaction des organisations féministes du Women 7

Une occasion manquée pour adopter des mesures financières ambitieuses sur les droits des femmes et des filles

Les ministres des finances des pays du G7 ainsi que les gouverneurs de plusieurs institutions financières multilatérales se sont réunis les 17 et 18 juillet à Chantilly. Dernière réunion ministérielle avant le sommet de Biarritz, il s’agissait d’une opportunité clé pour annoncer des financements ambitieux sur les droits des femmes et des filles. Aujourd’hui, le compte n’y est pas et une question demeure : où sont les financements pour les politiques publiques féministes ? Sans hausses significatives des budgets pour les droits des femmes au niveau national et international, le positionnement féministe défendu par les ministres Jean-Yves Le Drian et Marlène Schiappa restera une promesse vaine.LIRE LA SUITE

– “Droits de l’Homme” : une violence contre les femmes

Samedi 15 décembre 2018, le Collectif Droits Humains pour tou-te-s organisait la troisième édition de son concours d’éloquence à l’Hôtel de Ville de Paris. 150 personnes ont assisté à cet événement, qui fait suite à la journée internationale des droits humains du 10 décembre, et auquel Equipop a activement contribué en tant que membre du Collectif. L’objectif commun : l’abandon de l’expression “droits de l’Homme” au profit de “droits humains”, qui rend plus visibles les femmes, leurs droits et leurs luttes. Au bout de trois ans de campagne, une nette inflexion se fait ressentir dans le discours des pouvoirs publics.  LIRE LA SUITE

– Mettre fin aux MGF : Le Burkina Faso s’engage

Le Burkina Faso a abrité du 22 au 25 octobre, une conférence internationale sur les mutilations génitales féminines, à Ouagadougou. Organisée par l’Union Africaine, sous le leadership de Son Excellence le Président du Faso et en collaboration avec le Programme conjoint de l’UNFPA et de l’UNICEF pour l’élimination des mutilations génitales féminines, cette conférence a accueilli des acteurs·trice·s politiques, des organismes et associations de lutte contre les mutilations génitales féminines venu·e·s de tous les continents. Equipop et ses partenaires du Burkina Faso (SOS/JD) et du Mali (AMSOPT) étaient aussi de la partie. LIRE LA SUITE