communiqué de presse

– Ministérielle Finances du G7 : réaction des organisations féministes du Women 7

Une occasion manquée pour adopter des mesures financières ambitieuses sur les droits des femmes et des filles

Les ministres des finances des pays du G7 ainsi que les gouverneurs de plusieurs institutions financières multilatérales se sont réunis les 17 et 18 juillet à Chantilly. Dernière réunion ministérielle avant le sommet de Biarritz, il s’agissait d’une opportunité clé pour annoncer des financements ambitieux sur les droits des femmes et des filles. Aujourd’hui, le compte n’y est pas et une question demeure : où sont les financements pour les politiques publiques féministes ? Sans hausses significatives des budgets pour les droits des femmes au niveau national et international, le positionnement féministe défendu par les ministres Jean-Yves Le Drian et Marlène Schiappa restera une promesse vaine.

Des financements insuffisants pour de réelles politiques publiques féministes

La présidence française doit prouver que la lutte contre les inégalités n’est pas juste un slogan. Il est temps pour la France de convaincre ses partenaires du G7 de mettre de l’argent sur la table pour les associations féministes, sinon ce G7 sera un échec. Le Women 7 appelle les pays du G7 à financer des politiques publiques ambitieuses qui intègrent le genre et à augmenter les financements alloués aux associations féministes dans le monde. La France a fait un premier pas avec l’annonce de la création d’un fonds de 120 millions d’euros pour les associations féministes dans les pays du Sud. Les modalités d’octroi de ce fonds restent néanmoins à clarifier, en concertation avec les associations. Des efforts financiers supplémentaires sont également attendus au niveau national, alors que les associations féministes françaises continuent de demander la hausse du budget alloué à la lutte contre les violences conjugales.

Sur le volet de l’aide publique au développement, nous regrettons que le communiqué final du G7 Finances ne mentionne pas l’importance de promouvoir et d’adopter une aide publique au développement (APD) féministe, demande phare du Women 7. A l’heure actuelle, près de 54% de l’APD des pays du G7 est totalement aveugle aux enjeux d’égalité femmes-hommes. Il est impératif que les pays du G7 s’engagent à adopter une aide publique au développement féministe, pendant logique de la diplomatie féministe défendue par la France mais aussi le Canada.

Le soutien de la France à l’inclusion financière numérique des femmes

Le Women 7 se félicite que l’autonomisation économique des femmes ait été mise à la table des négociations de la ministérielle, à travers la présentation de l’initiative portée par la fondation Bill et Melinda Gates sur l’inclusion financière numérique des femmes en Afrique. Nous appelons maintenant les autres pays du G7 à contribuer également à ce nouveau mécanisme et à multiplier les initiatives en faveur de l’égalité femmes-hommes dans tous les domaines. Ces initiatives iront dans le bon sens si elles permettent aux femmes de sortir de la pauvreté et d’exercer pleinement leurs droits.

Rendez-vous à Biarritz

Le Women 7, dans ses recommandations pour la ministérielle finances, demande aux pays du G7 de s’engager à allouer 1.4 milliard de dollars à l’égalité femmes-hommes. Pour l’instant, les engagements financiers ambitieux se font encore attendre. Les initiatives et les livrables portés par la France et les pays du G7 sur l’égalité femmes-hommes ne pourront être concrets que si elles sont financées de manière adéquate. A un peu plus d’un mois du sommet des leaders, nous attendons maintenant des preuves concrètes de l’engagement, y compris financier, des pays du G7 pour les droits des femmes et des filles.

Le W7 (Women 7) rassemble des organisations féministes des pays du G7 et du monde entier. Sa mission principale est de s’assurer que les pays du G7 prennent des engagements tant financiers que politiques en 2019 et au-delà, qui permettront d’avoir un impact concret et durable sur la vie des femmes et des filles partout dans le monde.

feministscount.org

– G7 – Development and Education Ministerial meetings: reaction of Women 7’s feminist NGOs

On 4 and 5 July, the Ministers of Education and Development of the G7 countries met in Paris. Women’s and girls’ rights were mainstreamed in the communiqués, but the Women 7 expected more concrete commitments, including to feminist official development assistance (ODA). France, which is among the G7 countries with the worst track records in terms of integrating gender equality into its development policy, has yet to prove its worth, particularly in terms of funding.

LIRE LA SUITE

– G7 – Ministérielle Développement et Éducation : Réaction des ONG féministes du Women 7

Les 4 et 5 juillet, les ministres de l’éducation et du développement des pays du G7 se sont réunis à Paris. Les droits des femmes et des filles ont été intégrés de manière transversale dans les communiqués, mais le Women 7 attendait davantage d’engagements concrets, notamment en faveur d’une aide publique au développement féministe. La France, figurant parmi les mauvais élèves du G7 en termes d’intégration de l’égalité femme-homme dans sa politique de développement, doit encore faire ses preuves, en particulier en termes de financements. LIRE LA SUITE

– Communiqué de presse – G7 Développement et Éducation : L’approche féministe, clé de la réussite du G7 !

Les ministres du développement et de l’éducation du G7 se réunissent les 4 et 5 juillet à Paris, en présence d’États du G5 Sahel. Plusieurs enjeux clés sont au cœur de ces réunions ministérielles : le Sahel, le financement du développement, l’accès à un emploi décent ou encore l’éducation des filles. Les droits des femmes et des filles doivent être pleinement intégrés à l’agenda et le Women 7 appelle l’ensemble des pays du G7 à faire preuve d’ambition en la matière. LIRE LA SUITE

– Réactive – G7 Social : Réaction des ONG féministes du Women 7

Les Ministres du travail des pays du G7 se sont rassemblé·e·s à Paris les 6 et 7 juin à l’occasion du G7 Social. A l’issue de cette rencontre l’égalité de genre a été reconnue comme étant une priorité pour le monde du travail dans son ensemble. Les associations du Women 7 attendent maintenant que ses engagements soient portés au plus haut niveau à Biarritz par les leaders des pays du G7 et donnent lieu à des changements concrets et durables pour les travailleuses et travailleurs du monde entier.LIRE LA SUITE

– Réactive – G7 santé : réaction de la société civile

A l’issue de deux jours de rencontres les 16 et 17 mai, les Ministres de la santé des pays membres du G7 ont adopté une déclaration réitérant leur engagement en faveur d’une action inclusive et durable pour la santé mondiale, une déclaration de bonnes intentions, sans véritable engagement financier où les droits et la santé sexuels et reproductifs sont aux abonnés absents.

LIRE LA SUITE

– Communiqué de presse : Pour lutter efficacement contre le VIH/sida, il faut s’attaquer de front aux inégalités liées au genre

Communiqué de presse 

Paris, le 8 mars 2019

Alors que la France accueillera la conférence de reconstitution du Fonds mondial en octobre, la lutte contre le VIH/sida se trouve à un tournant crucial. Si les efforts ne s’intensifient pas, en particulier en direction des jeunes femmes et des adolescentes, les progrès obtenus pourraient être considérablement remis en question. La France, qui met en avant sa “diplomatie féministe”, doit jouer un rôle moteur pour trouver des réponses concrètes à cet état de fait.LIRE LA SUITE

– Lutte contre les grandes pandémies : Les populations vulnérables sacrifiées

Communiqué de presse

A Paris, le 11 janvier 2019


Lutte contre les grandes pandémies : Les populations vulnérables sacrifiées

 

Les objectifs financiers annoncés aujourd’hui par la France et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ne correspondent pas aux  investissements préconisés par l’ONU pour mettre fin aux trois pandémies d’ici à 2030 [1]. Les associations dénoncent un manque de courage politique de la part du chef de l’Etat dont les conséquences seront dramatiques pour les personnes concernées par ces trois pandémies.LIRE LA SUITE

– Communiqué de presse – Concours d’éloquence « Droits de l’Homme » : une violence contre les femmes

Logo collectif DH

Communiqué de presse

Paris, 05 décembre 2018

Paris, 05 décembre 2018 – Le collectif « Droits humains pour tou-te-s » organise la troisième édition de son concours d’éloquence. Cette année, le thème est : « Droits de l’Homme » : une violence contre les femmes. Le concours se déroule le 15 décembre à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, à la suite de la journée internationale des Droits de l’homme le 10 décembre.

LIRE LA SUITE