– Equilibres & Populations aux premières assises nationales de la coopération décentralisée au Burkina Faso

– Equilibres & Populations aux premières assises nationales de la coopération décentralisée au Burkina Faso

Les 5  et 6 octobre à Ouagadougou, notre équipe du bureau Afrique de l’Ouest a pris part, activement, aux premières assises nationales sur la coopération décentralisée sous le thème « Coopération décentralisée et autonomisation des collectivités territoriales ».

Partage d’expériences sur le rôle des DSSR

 

Placées sous le haut patronage de son Excellence Monsieur le Président du Faso, ces assises avaient pour objectif de créer un cadre permettant aux élus locaux de nouer de nouveaux partenariats en vue d’accroître l’autonomisation de leurs collectivités territoriales et d’améliorer les conditions de vie et de santé des populations surtout des filles et des femmes.  

Equipop a pu partager son expérience lors des différents  ateliers. En effet, Equipop travaille avec plus d’une trentaine de Maires du Burkina Faso pour promouvoir les droits et la santé sexuels et reproductifs des filles et des femmes y compris la planification familiale (PF). Son expertise technique développée depuis plus de deux décennies est mise à la disposition de ces Maires pour les aider à développer des projets pertinents visant à améliorer les conditions sanitaires des filles et des femmes dans leurs communes respectives.

 

Le manifeste des maires pour la promotion de la PF dans les communes largement signé

 

Seule ONG aux assises à avoir un stand, Equipop a pu présenter aux différentes personnalités, le manifeste des « Maires champion·ne·s de la PF ». Ce dernier avait été composé par une soixantaine de Maires du Bénin, Sénégal, Niger, de la Côte d’Ivoire et du Burkina Faso lors d’un atelier de suivi des engagements financiers des Maires en faveur de la planification familiale organisé par Equipop.  L’objectif de ce manifeste : inviter leurs homologues à s’engager dans la promotion des activités de planification familiale dans leurs communes.  Cet appel a été entendu par 58 de leurs pairs du Mali et du Burkina Faso qui ont signé le manifeste lors des assises.