genre

– Diplomatie féministe : la priorité présidentielle se traduira-t-elle dans la politique de développement solidaire ?

Au début de l’année 2019, le président de la République a affirmé haut et fort que la France se doterait d’une véritable diplomatie féministe. Cette annonce, Jean-Yves Le Drian l’a d’ailleurs détaillée aux côtés de Marlène Schiappa dans une tribune publiée dans Libération, le 8 mars dernier. Ce faisant, la France rejoint le camp des pays – de la Suède à l’Australie en passant par le Canada – qui placent la lutte contre les inégalités femmes-hommes au cœur de leur approche de politique extérieure. Equipop s’en félicite. C’est un pas très structurant pour l’action de notre pays à l’international. Mais pour que cette volonté politique ait toute la crédibilité qu’elle mérite, il est indispensable qu’elle infuse l’ensemble des politiques et outils de la politique extérieure de la France, à commencer par la future loi d’orientation et de programmation (LOP) relative à la politique de développement solidaire et de lutte contre les inégalités mondiales, qui fixera les orientations pour 2020-2025.LIRE LA SUITE

– 15ème Journée de Tolérance Zéro : événement inédit pour l’abandon des Mutilations Sexuelles Féminines

Le 6 février 2019, le collectif Prévenir & Protéger, qui réunit plusieurs associations dont Equipop, a organisé un évènement inédit pour la Journée internationale de tolérance zéro à l’égard des Mutilations Sexuelles Féminines (MSF) à la Maison de Crowdfunding. Au programme, tables rondes et musée éphémère pour sensibiliser le grand public, les professionnel·le·s et les diasporas à la promotion de l’abandon des MSF.

LIRE LA SUITE

– “Droits de l’Homme” : une violence contre les femmes

Samedi 15 décembre 2018, le Collectif Droits Humains pour tou-te-s organisait la troisième édition de son concours d’éloquence à l’Hôtel de Ville de Paris. 150 personnes ont assisté à cet événement, qui fait suite à la journée internationale des droits humains du 10 décembre, et auquel Equipop a activement contribué en tant que membre du Collectif. L’objectif commun : l’abandon de l’expression “droits de l’Homme” au profit de “droits humains”, qui rend plus visibles les femmes, leurs droits et leurs luttes. Au bout de trois ans de campagne, une nette inflexion se fait ressentir dans le discours des pouvoirs publics.  LIRE LA SUITE

– Mettre fin aux MGF : Le Burkina Faso s’engage

Le Burkina Faso a abrité du 22 au 25 octobre, une conférence internationale sur les mutilations génitales féminines, à Ouagadougou. Organisée par l’Union Africaine, sous le leadership de Son Excellence le Président du Faso et en collaboration avec le Programme conjoint de l’UNFPA et de l’UNICEF pour l’élimination des mutilations génitales féminines, cette conférence a accueilli des acteurs·trice·s politiques, des organismes et associations de lutte contre les mutilations génitales féminines venu·e·s de tous les continents. Equipop et ses partenaires du Burkina Faso (SOS/JD) et du Mali (AMSOPT) étaient aussi de la partie. LIRE LA SUITE

– Accompagner le développement d’associations locales : un objectif stratégique réaffirmé

Depuis les années 2000 et le début de ses interventions en Afrique de l’Ouest, Equipop a souhaité inscrire son action en partenariat avec
la société civile locale. En 2013, constatant que participer efficacement au renforcement des acteurs et actrices locaux et qu’appuyer leur action collective nécessitait une approche et des moyens spécifiques, elle a initié aux côtés de partenaires associatifs historiques la création d’un réseau, Alliance Droits et Santé, tout en développant une offre d’accompagnement adaptée aux besoins de ses membres. Cinq ans après, retours sur les acquis et présentation des perspectives.

LIRE LA SUITE

– Réaffirmer la place des DSSR dans le nouveau contexte politique français

En mai 2017, avec l’élection présidentielle, le paysage politique français a connu un grand bouleversement. Pour Equipop, l’enjeu de cette année de plaidoyer en France était donc de s’assurer que les thématiques portées par le précédent gouvernement ne disparaissent pas de l’agenda. Equipop a œuvré à deux niveaux : plaidoyer politique vis-à-vis de l’exécutif et, à un niveau plus technique, contribution aux processus institutionnels.

LIRE LA SUITE

– La communication et la culture pour accompagner le changement social

Soutien au théâtre-forum, organisation de débats publics ou de concours d’éloquence, utilisation de la bande-dessinée et de la photographie, promotion des causeries villageoises, production de webdocumentaires ou d’émissions avec les radios communautaires : depuis de nombreuses années, Equipop place la communication pour le développement (C4D) au cœur de son action.

LIRE LA SUITE

– La délégation des tâches : une approche pour répondre aux besoins contraceptifs des femmes burkinabè

330 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes : les femmes burkinabè continuent à payer un lourd tribut à la maternité. Dans un contexte d’insuffisance de personnel de santé qualifié pour offrir des services de planification familiale de qualité, le pays est aussi caractérisé par une faible prévalence contraceptive (15%) et un fort taux de besoins non satisfaits (24%)¹. Equipop promeut depuis 2010 la délégation des tâches au Burkina et est impliquée depuis 2 ans dans la mise en œuvre d’un projet pilote dans deux districts du Burkina Faso.

LIRE LA SUITE

– Une Assemblée générale sur le thème des droits des femmes et des filles

L’Assemblée générale d’Equilibres & Populations fut l’occasion, le 6 novembre dernier, de réunir, d’apprendre et d’échanger autour des sujets centraux de l’action de l’association : les droits sexuels et reproductifs des femmes et des jeunes, en Afrique de l’Ouest. Ce fut aussi l’opportunité d’entamer la création d’une nouvelle campagne de mobilisation contre la pratique de l’excision avec les jeunes pour le 6 février prochain.LIRE LA SUITE

– “Ancrer les droits des femmes au coeur du G7” : retour sur la conférence du 18 octobre

Plus de 130 acteurs et actrices de la société civile et des parlementaires ont assisté à la conférence “Ancrer les droits des femmes au coeur du G7” organisée par Equipop et CARE France à l’Assemblée nationale. Un appel a été lancé pour participer à la campagne Genre/G7 qui vise à faire des droits des femmes un sujet incontournable pour les chef·fe·s d’Etats et de gouvernement à Biarritz en 2019.LIRE LA SUITE