Equipop

Nos actualités

Equipop présente le projet Change Plus à la Maison des Femmes de Saint-Denis.

Le 07 Juillet 2017, l’équipe du Dr. Ghada Hatem a accueilli les médiateurs et médiatrices de changement du projet européen Change Plus, à la Maison des Femmes de Saint-Denis. Les médiateurs et médiatrices ont eu l’opportunité d’exposer leur travail de prévention des Mutilations Sexuelles Féminines (MSF) au sein des communautés d’Afrique de l’Ouest en France.

Des médiateursmédiatrices engagées pour promouvoir l’abandon des MSF

Les médiateurs et médiatrices de changement Dieynaba Ball, Fatima Dia, Roukiatou Sissoko et Soumaïla Sissoko – étaient présentes à la Maison des Femmes pour partager leurs expériences et retours en matière de sensibilisation des communautés. Soumaïla a effectué un rapide rappel sur l’ensemble des formations dispensées aux médiateursmédiatrices. Comme l’a souligné Fatima, « la formation Change Plus a apporté de solides outils de communication que nous mettons en pratique lors des séances de sensibilisation ». De plus, le projet offre aux médiateurs et médiatrices la possibilité d’intégrer les réseaux européens œuvrant à la promotion de l’abandon des MSF :

  • formations sur les MSF,
  • rencontres entre les médiateurs et médiatrices d’autres pays européen impliquées dans le projet,
  • programme d’ambassadeursdrices du réseau End FGM EU.

Les médiateurs et médiatrices présent·es font preuves de beaucoup de courage pour porter le sujet tabou des MSF dans les communautés. Cependant, pour Soumaïla et Fatima « il n’y a jamais eu de menaces, mais nous avons très souvent affaire à des discussions houleuses avec des personnes ne comprenant pas notre démarche. Mais nous devons continuer à promouvoir le changement ». Leurs convictions personnelles et leur détermination sont une force pour continuer la promotion de l’abandon de la pratique des MSF.

Un dialogue intracommunautaire prometteur

Pour Sokhna Fall Ba, chargée de mission pour le projet Change Plus, « ce projet met en place un concept important : des personnes issues des communautés qui parlent à leurs communautés ». Les médiateurs et médiatrices sont unanimes sur l’importance de l’utilisation de leurs langues d’origines lors des séances de sensibilisation. D’ailleurs, ilselles sont polyglottes et connaissent parfaitement les coutumes et méthodes de communication à adopter au sein de leurs communautés. Durant la réunion, Roukiatou a pu présenter un petit lexique autour de l’excision et des organes génitaux en bambara, peul et soninke. Cela a été l’occasion d’expliquer à l’équipe de la Maison des Femmes les tabous linguistiques qui existent autour des MSF et qui peuvent rendre les discussions très complexes.

Les personnes présentes ont aussi pu assister à la projection du court-métrage « Amina », sur la prise en charge d’une jeune femme somalienne excisée qui a trouvé refuge en Allemagne.

Cette réunion a permis d’envisager des pistes de collaboration entre Equipop et La Maison des Femmes, qui pourrait devenir un espace d’intervention pour les médiateurs et médiatrices de changement.

RAPPORT OURs & AWID : LES DROITS EN DANGER

L’Observatoire pour l’universalité des droits (OURs) et l’Association pour les droits des femmes dans le développement (AWID), vont publier une série de rapports sur les organisations “anti-droits”. Le premier rapport est sorti il y a quelques semaines. Il décrypte les actions et les profils des organisations conservatrices dans les instances de l’ONU. Voici un résumé des principales conclusions (vous pouvez lire le rapport ici). LIRE LA SUITE

Transition démographique en Afrique : échos de Londres à la polémique suscitée par Emmanuel Macron lors du G20

« Quand des pays ont encore aujourd’hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ».

En répondant à une question sur l’aide du G20 à l’Afrique lors d’une conférence de presse ce weekend en Allemagne, Emmanuel Macron a déclenché de vives réactions dans les médias et sur les réseaux sociaux. On lui a notamment reproché de « s’attaquer aux ventres des femmes africaines ». Directrice d’une ONG engagée pour les droits et la santé des femmes en Afrique de l’Ouest, je reviens de Londres, où j’ai participé au Sommet FP2020, mouvement mondial pour la Planification Familiale, et j’aimerais apporter certains éléments de réflexion en écho aux débats suscités par cette intervention.LIRE LA SUITE

CONSTRUIRE DES ALLIANCES STRATEGIQUES EN COTE D’IVOIRE

Dans le cadre d’un projet visant à renforcer le rôle de la société civile ivoirienne pour la promotion des droits et de la santé sexuels et reproductifs (DSSR) dans le pays, 6 organisations de la société civile (OSC) sont mobilisées, avec le soutien d’Equipop, pour influencer les politiques nationales et locales en faveur de la planification familiale (PF). Les premières activités vont bon train, avec le concours d’allié·e·s de choix.LIRE LA SUITE

Equipop réaffirme son engagement au sein du réseau européen END FGM

Du 29 au 31 mai 2017, Equilibres et Populations a participé au séminaire du réseau européen END FGM autour du thème « Building Bridges ». Les membres du réseau ont pu profiter de cette rencontre pour réaffirmer l’importance du travail collaboratif, favorable à la réussite des projets autour des mutilations sexuelles féminines (MSF). Equipop a ensuite participé à l’Assemblée Générale du réseau durant laquelle nous avons été réélus membre du bureau. LIRE LA SUITE

– Premier rendez-vous très – trop ? – écologique pour Nicolas Hulot

Nommé le 17 mai dernier, Nicolas Hulot présentait dans le cadre de la Semaine Européenne du Développement Durable (SEDD) une large feuille de route pour son ministère. Présente à cet évènement, Equipop a constaté un engagement très variable selon les sujets. Le nouveau ministre ne doit pas se contenter d’agir sur les questions écologiques, qui correspondent certes à son parcours. La vision du développement durable doit être élargie à sa dimension sociale. LIRE LA SUITE

– Burkina – Les maires s’engagent pour plus de services PF dans leurs communes

Du 25 au 27 Avril 2017, un atelier de facilitation AFP SMART organisé par Equipop s’est tenu à Ouagadougou avec pour objectif d’obtenir de 15 maires l’engagement d’allouer des ressources financières pour les services de PF dans leurs communes. Ces investissements des maires en faveur de  la planification familiale sont d’une importance capitale  pour le Burkina Faso. Ils contribueraient à augmenter les fonds destinés à la PF et conséquemment à réduire les besoins non satisfaits, tout en améliorant l’accès des femmes où qu’elles se trouvent, à des services de PF de qualité.LIRE LA SUITE