Equipop

Nos actualités

– CP – Afrique de l’Ouest : la société civile demande aux décideuses et décideurs la mise en œuvre de leurs engagements pour la planification familiale

Communiqué de presse

Paris, le 11 octobre

Afrique de l’Ouest : la société civile demande aux décideuses et décideurs la mise en œuvre de leurs engagements pour la planification familiale

Aujourd’hui, à l’occasion de la journée des jeunes filles, le réseau Alliance Droits et Santé et les 120 champion·ne·s de « Génération PF : Ensemble choisissons l’avenir ! » unissent leurs forces avec les citoyens et citoyennes de la sous-région pour lancer une nouvelle campagne de mobilisation en faveur de la planification familiale.LIRE LA SUITE

– Pour les droits et la santé sexuels et reproductifs : des financements, maintenant !

La journée mondiale de la contraception, le 26 septembre, est l’occasion de revenir sur le colloque co-organisé par Equipop et six partenaires mercredi dernier au CESE : “Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ? Garantir le droit des femmes à disposer de leur corps : la France doit tenir ses engagements”. Les interventions ont toutes convergé vers l’idée que la France doit faire plus et mieux dans le domaine. Un appel a été lancé : vous pouvez soutenir l’initiative ici.LIRE LA SUITE

– « Où est l’argent pour les DSSR ? » : signez l’appel !

Il y a deux semaines, le président Macron s’est engagé à faire de la défense des droits des femmes, et en particulier les droits et la santé sexuels et reproductifs (DSSR), une priorité pour la France. Pour que ces déclarations soient suivies d’effets, Equipop, en partenariat avec cinq institutions et associations, lance un appel. A signer et à partager le plus largement possible !

LIRE LA SUITE

– CP – 20 septembre : Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ?

Communiqué de presse

Paris, le 20 septembre 2017

Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs ?

Garantir le droit des femmes à disposer de leur corps, la France doit tenir ses engagements

Chaque année 303 000 femmes décèdent des suites d’un avortement à risque ou d’un accouchement mal accompagné. Cette situation requiert des financements en matière d’information et d’accès à la contraception et à l’avortement. L’aide publique au développement de la France peut, et doit, y contribuer.

LIRE LA SUITE

– Suivez en direct l’évènement: Où est l’argent pour les droits sexuels et reproductifs !

Le 20 septembre à 15h, Equilibres & Populations co-organise au CESE un événement de mobilisation du nouveau gouvernement français. Organisé conjointement par le Conseil Economique, Social et Environnemental, le Haut Conseil à l’Egalité, la Fondation des Femmes, le Comité ONU Femmes France, le Fonds pour les Femmes en Méditerranée, Women’s WorldWide Web, cet événement est retransmis en direct ici !

Pour participer sur twitter: #OùEstLArgent !

– CP – Emmanuel Macron place les droits des femmes dans les priorités de sa politique de développement

logo equipop50x50

Communiqué de presse

Paris, le 5 septembre 2017

Emmanuel Macron place les droits des femmes dans les priorités de sa politique de développement

Invitée à l’Elysée pour la première réunion du quinquennat avec les ONG de développement, Equipop a interpellé le président de la République sur le rôle que la France doit jouer dans la défense des droits des femmes sur la scène internationale. Emmanuel Macron a pris des engagements clairs et nets, qu’Equipop et ses partenaires de la société civile suivront avec attention dès les prochaines semaines.
LIRE LA SUITE

– Equipop présente le projet Change Plus à la Maison des Femmes de Saint-Denis

Le 07 Juillet 2017, l’équipe du Dr. Ghada Hatem a accueilli les médiateurs et médiatrices de changement du projet européen Change Plus, à la Maison des Femmes de Saint-Denis. Les médiateurs et médiatrices ont eu l’opportunité d’exposer leur travail de prévention des Mutilations Sexuelles Féminines (MSF) au sein des communautés d’Afrique de l’Ouest en France.

Des médiateursmédiatrices engagées pour promouvoir l’abandon des MSF

Les médiateurs et médiatrices de changement Dieynaba Ball, Fatima Dia, Roukiatou Sissoko et Soumaïla Sissoko – étaient présentes à la Maison des Femmes pour partager leurs expériences et retours en matière de sensibilisation des communautés. Soumaïla a effectué un rapide rappel sur l’ensemble des formations dispensées aux médiateursmédiatrices. Comme l’a souligné Fatima, « la formation Change Plus a apporté de solides outils de communication que nous mettons en pratique lors des séances de sensibilisation ». De plus, le projet offre aux médiateurs et médiatrices la possibilité d’intégrer les réseaux européens œuvrant à la promotion de l’abandon des MSF :

  • formations sur les MSF,
  • rencontres entre les médiateurs et médiatrices d’autres pays européen impliquées dans le projet,
  • programme d’ambassadeursdrices du réseau End FGM EU.

Les médiateurs et médiatrices présent·es font preuves de beaucoup de courage pour porter le sujet tabou des MSF dans les communautés. Cependant, pour Soumaïla et Fatima « il n’y a jamais eu de menaces, mais nous avons très souvent affaire à des discussions houleuses avec des personnes ne comprenant pas notre démarche. Mais nous devons continuer à promouvoir le changement ». Leurs convictions personnelles et leur détermination sont une force pour continuer la promotion de l’abandon de la pratique des MSF.

Un dialogue intracommunautaire prometteur

Pour Sokhna Fall Ba, chargée de mission pour le projet Change Plus, « ce projet met en place un concept important : des personnes issues des communautés qui parlent à leurs communautés ». Les médiateurs et médiatrices sont unanimes sur l’importance de l’utilisation de leurs langues d’origines lors des séances de sensibilisation. D’ailleurs, ilselles sont polyglottes et connaissent parfaitement les coutumes et méthodes de communication à adopter au sein de leurs communautés. Durant la réunion, Roukiatou a pu présenter un petit lexique autour de l’excision et des organes génitaux en bambara, peul et soninke. Cela a été l’occasion d’expliquer à l’équipe de la Maison des Femmes les tabous linguistiques qui existent autour des MSF et qui peuvent rendre les discussions très complexes.

Les personnes présentes ont aussi pu assister à la projection du court-métrage « Amina », sur la prise en charge d’une jeune femme somalienne excisée qui a trouvé refuge en Allemagne.

Cette réunion a permis d’envisager des pistes de collaboration entre Equipop et La Maison des Femmes, qui pourrait devenir un espace d’intervention pour les médiateurs et médiatrices de changement.

– Rapport OURs & AWID : Les droits en danger

L’Observatoire pour l’universalité des droits (OURs) et l’Association pour les droits des femmes dans le développement (AWID), vont publier une série de rapports sur les organisations “anti-droits”. Le premier rapport est sorti il y a quelques semaines. Il décrypte les actions et les profils des organisations conservatrices dans les instances de l’ONU. Voici un résumé des principales conclusions (vous pouvez lire le rapport ici). LIRE LA SUITE